lundi 15 février 2016

Secrets de princesses














13 février 2016. Une comédienne et un romancier entretiennent une relation artistique depuis une dizaine d’années. Cette histoire débute par un coup de foudre : lorsqu’elle lit "le Nom sur le bout de la langue", Marie Vialle ressent aussitôt l’envie de le porter à la scène. En la regardant jouer, Pascal Quignard écrit deux autres contes pour elle. Ainsi naquit un premier spectacle dont je garde un beau souvenir pour l’avoir découvert au Théâtre national de Toulouse, en 2006. Elle y cachait sa nudité derrière un violoncelle, avant de revêtir des tenues de scènes descendues des cintres. L’auteur imagine plus tard quatre contes, donnant ainsi naissance à une autre création intitulée "Triomphe du temps". J’ai eu le plaisir de l’apprécier quelques mois plus tard au Théâtre Garonne. Le temps a passé, Pascal Quignard tricote sur mesure de nouvelles histoires fantastiques pour Marie Vialle. Dans "Princesse. Vieille Reine", à l’affiche du Théâtre Garonne, elle se met aujourd’hui en scène pour la troisième fois dans la peau des héroïnes du romancier. Je me délecte de l’évidente simplicité de la langue de Quignard, elle coule sur le plateau tel un flot limpide qui irrigue le corps de la comédienne. Marie Vialle fait sienne la musique du verbe avec un naturel désarmant, jouant avec les robes du temps pour se changer en princesse carolingienne, en petite fille ou en vieille reine. Cette «longue suite baroque», qui traverse les époques et embrasse les légendes, raconte le destin des femmes à travers «une unique figure de femme, une seule histoire faite de pleins d’histoires», précise l’auteur. Où les mythes ancestraux croisent les palais de la Chine du IIIe siècle et le Japon impérial, pour éclairer en une poignée de scènes la vie de quelques femmes. Le monde de Pascal Quignard est aussi peuplé d’animaux familiers que la comédienne fait vivre sur scène : le chant gracieux d’un oiseau, le cri perçant du corbeau, les rêves d’une chatte endormie… Je constate que cette écriture pure, si musicale, n’a aucun secret pour Marie Vialle : elle en débusque les secrets enfouis dans chaque recoin d’une phrase. Dans la grâce absolue, elle incarne l’univers littéraire d’un auteur avec lequel elle semble en totale harmonie. Et c’est tout simplement beau…
 

Du mercredi 17 au vendredi 19 février, 20h00, au Théâtre Garonne,
1, avenue du Château d’eau, Toulouse. Tél. : 05 62 48 54 77.


 

"Princesse. Vieille Reine" est édité aux éditions Galilé


"Princesse…" © Richard Schroeder

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire