mardi 15 septembre 2015

La vie privée des Autrichiens















15 septembre 2015. Au deuxième jour du Festival international du film grolandais deToulouse, je découvre en avant-première, à l'ABC, le dernier film de l’Autrichien Ulrich Seidl. Sorti de sa trilogie "Paradis : Amour – Foi - Espoir", il s’intéresse dans son documentaire "Sous-sols" aux bas-fonds d’une société, dévoilant la vie quotidienne dans les caves et autres sous-sols de son pays à la réputation très conservatrice. Je réalise au fil de la projection qu’il s’agit là d’un pur bijou de subversion, révélant au grand jour la face cachée de l’Autriche - pourtant déjà explorée par ses illustres compatriotes : la romancière Elfriede Jelinek, le dramaturge Werner Schwab ou le cinéaste Michael Haneke. Une poignée d’ados mutiques fument entre deux solos de batterie, les clients d’une entreprise de tir se lancent dans un débat sur les nuisances de l’immigration, un chasseur exhibe ses trophées à cornes empaillés et accrochés aux murs. Mais au fil des images captées en une succession de plans fixes, Seidl creuse toujours plus profond les névroses de l’Autriche contemporaine : une femme mûre rend visite à ses poupons qu’elle berce dans ses bras en leur parlant comme à ses enfants, avant de les ranger méticuleusement dans des boîtes à chaussures entassées dans une cave ; un retraité inoffensif et joueur de trombone amateur finit par faire visiter les pièces de sa collection privée organisée en véritable musée à la gloire d’Hitler et du IIIe Reich… Les pratiques sexuelles les plus extravagantes occupent une place de choix dans ce déroulé de scènes, commentées ou non par les intéressés. Vêtu d’un simple jock-strap, un client – au physique assez ordinaire - de prostituées assure ne payer que rarement ses visites en raison d’une aptitude extraordinaire qui provoque des sensations particulières chez ses partenaires au moment de l’éjaculation. Il y a surtout ce gardien de nuit quittant le théâtre dans lequel il travaille pour se transformer en esclave mutique aussitôt rentré au domicile conjugal. Assise à la table de la cuisine, sa compagne dominatrice et intransigeante se livre à quelques confessions intimes pendant que monsieur se tape la vaisselle en tenue d’Adam, des poids en suspension attachés à la base du sexe. Pendant que son homme à tout faire s’active au nettoyage, Madame fait visiter la maison puis pointe du doigt la porte de la cave aménagée en paradis SM... Je n’avais rien vu de tel depuis ma découverte de la fameuse trilogie documentaire de Jean-François Davy, "Exhibition", sortie au cours des années soixante-dix !

"Sous-sols" © Neue Visionen Filmverleih

"Sous-sols", film autrichien d'Ulrich Seidl (1h22), sortie le 30 septembre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire