mardi 8 mai 2012

C'étaient les 80's
















8 mai 2012. Le Théâtre Garonne invite la recréation de "Pudique Acide" et "Extasis", chorégraphiées et interprétées par Mathilde Monnier et Jean-François Duroure, sur des musiques de Kurt Weill et Bernard Herrmann, au cœur des années quatre-vingt. Je lis dans le programme ces propos de la chorégraphe : «Nous avons eu envie de faire quelque chose qui nous ressemblait avec les influences de New York, de cette énergie de la ville. Le principe des deux duos est de toute façon une forme d'identification de l'un à l'autre, ne pas montrer un couple mais plutôt un duo, c'est-à-dire deux individus ensemble face au public et qui pouvaient être des anges, des frères et sœurs, liés pour affronter le public avec une vraie volonté d'écriture de la danse, de musicalité de performer, de se dépenser. Bien sûr, sans travailler sur le genre, nous étions intéressés à créer du trouble dans le rapport féminin/masculin et à jouer avec les codes. Nous étions contre beaucoup de choses que nous voyions en scène mais aussi fascinés par Pina Bausch, Merce Cunningham et cela nous a construit». Si la première pièce, très courte, se révèle anecdotique, la seconde allie avec bonheur la virtuosité de Merce Cunningham et la théâtralité de Pina Bausch. Je me sens rajeunir devant le souffle d'énergie qui balaye le plateau. Le charisme élancé et insensé de Jonathan Pranlas efface un peu celui de sa partenaire, Sonia Darbois, plus jeune.

"Extasis" © Marc Coudrais

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire