jeudi 26 janvier 2012

Les clandestins



















26 janvier 2012. Objet créé par le collectif Lato Sensu Museum au Théâtre Garonne, d'après l'œuvre d'Antoine Volodine et de son hétéronyme Lutz Bassmann, "Sans nom(s)" trouve à l'occasion d'une reprise un parfait écrin sur la scène du Théâtre Sorano. La mise en scène de Christophe Bergon gagne curieusement à être présentée dans cette étroite intimité s'ouvrant sur les cintres à découvert. Je suis immergée dans la pénombre d'un univers clos, en friche, où le temps semble suspendu à un avenir incertain. Tendu à l'extrême, riche de reliefs et de profondeur, l'univers sonore mixé en direct par Christophe Ruetsch épouse les pulsations clandestines d'une parole énigmatique. Je note que la création musicale est traitée sur le même plan que les voix des comédiens. Manuela Agnesini, Mathilde Olivares et Laurent Ogée sont les interprètes sauvages de cette langue «post-exotique», trouble et fiévreuse, animée d'une urgence révolutionnaire.

"Sans nom(s)" © Christophe Bergon

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire