mercredi 30 novembre 2011

Les amours perdues

















30 novembre 2011. Je n'avais pas été convaincu par la trop brève prestation d'Alex Beaupain sur la trop grande scène du Théâtre de Montauban, lors de la dernière édition du festival printanier Alors… chante! Je me suis pourtant laissé convaincre, par un fan, d'assister à son concert toulousain à la Dynamo. Ses chansons pluvieuses et son univers endeuillé par des amours perdues sont mal calibrés pour la scène. Passée une première demi-heure parfois ennuyeuse, je me laisse bercer par l'atmosphère hypnotique de ses mélodies torturées. Ses interventions peu loquaces sont d'une efficacité redoutable : il distille ainsi un humour distancié où l'autodérision triomphe de sa maigre expérience de la scène. Une intime complicité s'installe avec le public qu'il égratigne un peu. J'apprécie sa manière d'esquiver toute forme de facilité et de vulgarité. Son élégance naturelle me rappelle celle de Julien Clerc - pour lequel il vient d'écrire un texte de chanson – et celle d'Alain Chamfort.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire