lundi 12 mars 2012

Le voyage






















12 mars 2012. Accueillis dans la saison des Grands Interprètes, l'Orchestre du Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg et son directeur musical Valery Gergiev (photo) investissent de nouveau la Halle aux Grains. Œuvre de commande intitulée "l'Année 1917", la Douzième symphonie de Dimitri Chostakovitch débute la soirée. Achevée en 1961, elle glorifie en apparence Lénine et la Révolution russe dont chaque épisode se retrouve dans les quatre mouvements joués sans interruption. Sans baguette, le chef russe en ignore le second degré et la causticité tonitruante - injectés par le compositeur - au profit d'une musicalité grave et austère. Enfin, la Cinquième symphonie de Gustav Mahler est au programme. Œuvre fleuve en cinq mouvements, elle est achevée à l'aube du XXe siècle, alors que le compositeur venait de trouver l'amour après avoir surmonté un grave problème de santé – et côtoyé la mort. De la marche funèbre jusqu'au choral victorieux évoquant une renaissance, l'orchestre offre un voyage ahurissant dans des contrées musicales d'une sensationnelle intensité dramatique. Le quatrième mouvement - adagietto utilisé par Luchino Visconti dans "Mort à Venise" – me berce par sa poésie colorée. Sans l'aide de la moindre goûte d'alcool ou d'une quelconque substance chimique illicite, je décolle durant le rondo finale vers des paysages éblouissants. C'est une expérience inoubliable.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire