mardi 13 mars 2012

La voix

















13 mars 2012. Au Théâtre du Capitole, le chef anglais David Syrus dirige l'Orchestre du Capitole dans "la Clémence de Titus", l'un des derniers opéras de Wolfgang Amadeus Mozart - commandé pour les célébrations du couronnement de l’empereur Léopold II sur le trône de Bohême à Prague, en 1791. Spectaculaires, la mise en scène et la scénographie sont signées par l'Ecossais David McVicar. Je suis parfois gêné par l'immensité des décors - créés pour le plein air au festival d'Aix-en-Provence - dont la superposition me paraît peu pertinente sur la scène de l'opéra toulousain. Initialement situé dans la Rome antique, le livret est transposé à l'extrême fin du XVIIIe siècle, prétexte à une inflation regrettable de tissus pour les costumes à la mode napoléonienne. Très maîtrisée, la direction musicale nuit beaucoup à l'épanouissement de l'émotion. Le succès de cette représentation repose donc sur la distribution. Dans le rôle-titre, Woo-Kyung Kim est un jeune ténor coréen à la silhouette modeste mais au timbre assuré. La soprano belge Anne-Catherine Gillet est une magnifique Servilia, toute en charme et en splendeur vocale. La soprano géorgienne Tamar Iveri est une solide et convaincante Vitellia. Je suis sensible au charme de la basse Andreas Bauer. La mezzo espagnole Maite Beaumont est un fougueux Sesto, confirmant ainsi sa performance d'extraordinaire comédienne sur la même scène dans "le Barbier de Séville".


"La Clémence de Titus" © Patrice Nin

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire