jeudi 8 mars 2012

La mémoire















8 mars 2012. À l'occasion d'un concert en hommage à Viktor Ullmann, le chef américain Joseph Swensen (photo) retrouve l'Orchestre national du Capitole de Toulouse à la Halle aux Grains. L'écrivain Marek Halter présente la soirée. Il montre un extrait d'un concert tiré d'un film de propagande nazi tourné dans l'enceinte du camp de Terezin où étaient enfermés des artistes juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Après avoir composé en 1939, à Prague, son concerto pour piano, Viktor Ullmann a vécu à Terezin avant de mourir à Auschwitz en 1944. D'origine ukrainienne, la pianiste Natalia Romanenko a souhaité créer en France ce concerto découvert tardivement. Je suis surpris par l'apparition de la pianiste : habillée à la mode des années quarante d'une robe noire décolletée, elle porte un chapeau rouge assorti à ses talons. Son interprétation retenue est d'une grande poésie. L'orchestre est dirigé avec la maîtrise nécessaire à l'exécution d'une partition partagée entre classicisme et modernité, entre rythmes excessifs et douceur mélodique. Natalia Romanenko donne en rappel le "Nocturne posthume" de Frédéric Chopin, choisi par Roman Polanski pour son film "le Pianiste". Donnée pour la première fois en 1846, la Deuxième symphonie de Robert Schumann termine ce programme. Je suis enthousiasmé par la lecture de cette œuvre, où le compositeur lutte contre la folie qui menace de le perdre. Sans lourdeur ni pathos, le chef la porte vers une lumière soutenue qui rayonne enfin dans une radieuse vigueur.

J. Swensen © Hugo Ponte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire