mercredi 26 octobre 2011

Drame

















26 octobre 2011. Après une "Tosca" à la distribution inégale et à la mise en scène d'un académisme pompeux, Kader Belarbi sauve à mes yeux la rentrée du Théâtre du Capitole. Futur directeur de la danse de l'opéra toulousain, le chorégraphe signe avec "la Reine morte" un ballet inspiré de la pièce éponyme de Henri de Montherlant. Il a sélectionné des partitions peu connues de Piotr Ilitch Tchaïkovski, dirigées par le chef estonien Vello Pähn, pour accompagner l'histoire véritable de l'épouse illégitime du Prince Don Pedro de Portugal, couronnée reine après son assassinat commandité par le roi. L'intensité de la tragédie est restituée grâce à une mise en scène d'une beauté noire et fiévreuse : costumes somptueux, décor discrets et lumières rares. Je suis subjugué par les multiples talents de Maria Gutierrez, danseuse sublime et comédienne incroyable dans ce rôle-titre taillé à sa mesure par le chorégraphe très inspiré. La (trop) brève apparition de Paola Pagano (l'Infante) est un instant ahurissant d'étrangeté. Les duels de Kazbek Akhmedyarov (Don Pedro) et ValerioMangianti (roi du Portugal) soutiennent à la perfection la tension dramatique. C'est une belle réussite pour le Ballet du Capitole !

"La Reine morte" © David Herrero

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire