vendredi 13 mai 2011

Voix défaillantes

















13 mai 2011. Tugan Sokhiev dirige l'Orchestre national du Capitole de Toulouse dans une version de concert de "Samson et Dalila" à la Halle aux Grains. L'opéra de Camille Saint-Saëns inspiré de l'épisode biblique est porté par Elena Bocharova (photo), en remplacement d'Olga Borodina souffrante, et par Ben Heppner, avec le Chœur du Capitole très présent. Je découvre l'exceptionnelle musicalité de la voix du ténor canadien et la clarté limpide de son phrasé, mais je suis vite refroidi et attristé par son impossibilité à déployer les aigus du rôle. L'apparition de la mezzo-soprano russe, mi Lady Gaga pour la chevelure platine, mi Marilyn Monroe pour de décolleté opulent, fait l'effet d'une bombe. Des paillettes scintillent à chaque mouvement de ses paupières alourdies par de faux cils, telle la Ulrika von Glott de Marianne James - que j'ai d'ailleurs appréciée à deux reprises dans cette même salle. Malgré une voix puissante et mélodieuse, je ne comprends malheureusement rien à ce qu'elle chante. Quant à ses aigus, ils m'effraient tellement que je ne peux m'empêcher de m'accrocher à mon fauteuil à chaque saillie vocale – je remarque d'ailleurs aux mêmes moments des réflexes nerveux chez d'autres spectateurs médusés. Le reste de la distribution et le Chœur du Capitole sauvent du naufrage la partie vocale. Le chef tire heureusement partie du deuxième tableau du dernier acte, essentiellement orchestral: la bacchanale est un morceau de bravoure qu'il dirige dans ses multiples couleurs et avec une énergie euphorisante.

E. Bocharova & T. Sokhiev © Patrice Nin

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire