jeudi 26 mai 2011

Docu-fictions















26 mai 2011. Au Théâtre Garonne, le collectif GdRA crée "Nour", son deuxième spectacle. Nour est une jeune fille attirée par la danse urbaine. Née en Dordogne, elle est contrainte de fuir sa famille d'origine maghrébine pour vivre cette passion. Nour est une véritable bête de scène, à la différence des trois héros de "Singularités ordinaires", la première création du GdRA dont j'étais ressorti assez déçu. On y suivait le parcours d'un musicien guérisseur du Quercy, d'une étoile retraitée de l’Opéra de Paris, et d'une algéro-togolaise en quête d’intégration dont les témoignages filmés ne crevaient vraiment pas l'écran. Cette fois, le personnage est purement fictionnel, les témoins sont ceux qui l'ont approchée : sa voisine, sa cousine, sa grand-mère, son compagnon, etc. Nour est incarné sur scène par la danse de Nedjma Benchaïb. À ses côtés, le voltigeur Julien Cassier agrippe lui aussi quelques fragments de vie tout en bondissant sur un trampoline. Je suis subjugué par ses audacieuses prouesses verticales et horizontales. La bande son de Christophe Rulhes accompagne le texte via divers instruments durant la représentation. Je me lasse toutefois bien vite des longues et inutiles logorrhées verbales de Sébastien Barrier.


"Nour" © GdRA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire