jeudi 28 avril 2011

Baguette nerveuse

















28 avril 2011. À la Halle aux Grains, Thomas Søndergård dirige l'Orchestre national du Capitole de Toulouse dans un programme qui débute par l'ouverture de "Genoveva", l'unique opéra de Robert Schumann. Le chef danois en propose une lecture vive et captivante, à l'image de sa gestuelle nerveuse. Alina Ibragimova le rejoint pour le concerto pour violon n°2 de Felix Mendelssohn. Je m'étonne d'entendre un bruit sourd venant de l'orchestre pendant le premier mouvement, et je vois à cet instant une jeune flûtiste chuter de sa chaise. Les musiciens interrompent le concert pour évacuer la stagiaire revenue à elle. Alina Ibragimova reprend son interprétation lumineuse, donnant une profondeur rare à l'œuvre. Elle reçoit de fortes acclamations pour cette belle performance très expressive mais sans grandiloquence. Elle offre du Jean-Sébastien Bach en rappel. La première symphonie de Jean Sibelius achève le programme dans une tension dramatique soutenue. Je suis interloqué par la soudaineté des contrastes rythmiques répétés. Les longs bras de Thomas Søndergård dessinent une direction ardente qui conquiert le public.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire